Togo : de nouveaux critères pour la création des centres d’examens, de correction et des épreuves orales

Togo : de nouveaux critères pour la création des centres d’examens, de correction et des épreuves orales

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique a élaboré de nouveaux critères pour  définir la création des centres d’examens, de correction et des épreuves orales scolaires au Togo. C’est à travers un arrêté pris ce lundi 5 février 2024 par le ministre Dodzi Kokoroko.

 Cet arrêté prend en compte le nombre de candidats et la distance à parcourir par ceux-ci. Ainsi, il est prévu, à titre exceptionnel, des centres d’épreuves orales de proximité.

Le nombre total de candidats pouvant être inscrits dans un établissement scolaire à un seul groupe pédagogique faisant office de centre d’examen du CEPD, ne peut excéder 250.

Ce nombre ne peut excéder 500 candidats que lorsque l’établissement scolaire faisant office de centre d’examen comprend deux groupes scolaires.

Pour la création des centres d’examen du BEPC et du BAC 1, c’est la distance qui sépare l’école du candidat à son centre qui est prise en compte.

« La distance à parcourir par le candidat le plus éloigné du centre d’examen ne peut lui excéder huit (8) kilomètres. On peut procéder à la délocalisation du centre d’examen lorsque des obstacles naturels tels que les cours d’eau, les reliefs escarpés ou des contraintes physiques notamment les inondations, la dégradation des voies d’accès rendent difficile l’accès audit centre », précise l’arrêté.

Un centre annexe peut être créé si l’établissement scolaire devant servir de centre d’examen annexe est situé à proximité du centre d’examen principal. Il est également autorisé si le nombre de candidats à installer est trop faible pour que soit créé un nouveau centre d’examen ou si les contraintes telles que la distance, les obstacles naturels, rendent difficiles la création d’un nouveau centre d’examen.

Par ailleurs, les nouvelles dispositions soulignent qu’un centre de correction ne peut comporter plus de quatre (4) jurys d’examen.

« Lorsque le nombre de jury excédent le quota réglementaire, l’inspection pédagogique du ressort du centre de correction procède à la délocalisation du surplus de jurys de correcteurs sur un site annexé au sein du même secteur pédagogique », a autorisé Prof Kokoroko qui rappelle que pour l’examen du BAC 1, les centres de correction dudit examen font office de centre de déroulement des épreuves orales.

L’arrêté prévoit la création à titre exceptionnel des centres d’épreuves orales de proximité pour les candidats admissibles à l’examen du BAC 1 dont la distance d’accès au centre de correction faisant office de centre de déroulement des épreuves orales, excède vingt (20) kilomètres.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *