Crise de l’électricité : la fin bientôt du calvaire selon Mme Mila Aziablé

Crise de l’électricité : la fin bientôt du calvaire selon Mme Mila Aziablé

La ministre en charge des mines et de l’énergie, Mila Aziable a expliqué ce samedi 25 mai 2024, lors d’une conférence de presse, les raisons des délestages au Togo. 

Selon elle, les problèmes de factures impayées à la compagnie énergie électrique du Togo (CEET) ne sont pas les causes des coupures d’électricité que connaît le Togo ces derniers jours. 

 “Si l’endettement était la cause de cette situation, les importations d’électricité ne seraient pas réduites mais totalement interrompues”a-t-elle informé. Elle clarifie en précisant que «la réelle et l’unique cause de cette crise énergétique que nous traversons est liée à la pénurie de gaz naturel ».

La ministre Mila Aziable a relevé que le Togo fait beaucoup d’efforts en matière de la fourniture de l’énergie électrique. C’est le cas de la diversification des sources de combustible en cours pour les centrales électriques, notamment Kekeli Power et Contour Global. Grâce à ces centrales la fin du calvaire sera pour bientôt. Elle rassure les togolais pour les efforts que déploient les autorités à surmonter cette crise énergétique.

« Nous sommes totalement mobilisés et faisons tout ce qui est dans notre pouvoir pour résoudre rapidement et de manière durable cette situation de déficit énergétique », a rassuré la ministre tout en appelant les togolais à prendre leur courage à deux mains et à suivre le plan de rationnement de l’électricité publié quotidiennement par la CEET. 

Elle a expliqué que le barrage de Nangbéto et les centrales électriques n’assurent que 60 % des besoins en électricité du pays. Le gouvernement s’engage à surmonter cette situation et à parvenir à une indépendance totale à l’horizon 2023.

« Nous prévoyons vraiment une atteinte progressive de notre indépendance énergétique, et la situation que nous vivons actuellement nous incite juste à accélérer la cadence parce que l’électricité n’est pas un luxe, c’est une nécessité pour notre population », a conclu Mme Mila Aziablé.

Biscone ADZOYI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *